La chirurgie et les bombes

Daesh recule.

Les journalistes sont bien embêtés. Ils sont quand même obligés de mentionner le rôle utile de la Russie. Après avoir, en long, en large et en travers, dénoncer l’intervention Russe.
A cette occasion, les journalistes ont appris que les bombes faisaient des morts. C’est vrai que, pendant ces 25 dernières années, les interventions militaires occidentales n’avaient pas permis cette compréhension. En effet, une bombe occidentale, c’est bien connu, ne réalise que des interventions chirurgicales. Les dégâts latéraux ne concernent, par exemple, que quelques centaines de milliers de civils tués lors de l’intervention occidentale en Irak (combien 200 000 ? 300 000 ?).
Cela est bien peu et ne se voit pas, comparés à quelques milliers en Syrie…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*