Mettons un peu d’organisation dans ce bordel

Effaré. Effaré, je suis après avoir regardé un débat sur LCP sur le problème dit des « migrants ». Pas beaucoup de réflexions la dedans…  Tout s’appuie sur l’émotionnel.  Le ventre a remplacé les neurones chez le journaliste moyen.  C’est pas bien de ne pas les accueillir, c’est bien de les accueillir : bonjour la profondeur de l’analyse et de la réflexion ! C’est de la grande politique ! Ca conduit des mecs de gauche à promouvoir une migration sauvage, avec des passeurs qui se font du pognon sur ces gens, des gens qui arrivent à pied dans des conditions épouvantables, certains peut-être irresponsables qui entrainent des enfants dans cette aventure, tous bercés par l’illusion d’une Europe qui serait un eldorado rempli de richesses et de gens plein de pognons.

Il faut les accueillir, tous, nous dit le bobo parisien. On peut le faire.  C’est sûr que quand on vit sous les lambris dorés rive droite, on n’imagine pas, on ne réalise pas qu’il y a de la souffrance en France. Des gens qui dorment dehors, combien 10 000 ? 100 000 ? Des familles, combien 100 000 ? 200 000 ? Plus ? Qui vivent dans des logements indignes, sales et  qui attendent depuis des années un logement convenable, simplement convenable. Et puis, elles voient à la télé ces logements tous neufs que des maires compassionnels mettent à la disposition des familles de « migrants. Occupons-nous donc de ces migrants médiatisés puisque les médias nous somment tous les jours de le faire. Et laissons crever les autres. Dans une semaine, un mois les médias auront trouvé un autre os à ronger et on n’en parlera plus.

La colère passée … oui, bien sûr, il faut tendre la main à ceux qui nous pas d’autre issue que de venir chercher un avenir en France. Qui sont-ils ? Combien sont-ils ? Mais pas comme cela se fait aujourd’hui: dans le chaos. Pas en faisant rentrer des gens comme du bétail, sans distinguer ceux qui sont dans la détresse et les autres qui sont opportunistes.

Mettons un peu d’organisation dans ce bordel, svp.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*